"Les Bacchantes" (2017 - 2019)

 

D’Euripide d’après la traduction de Jean et Mayotte Bollack

Adapté et mis en scène par Sara LLorca

 

Avec Anne Alvaro (Dionysos, Tirésias, Agavé) / Ulrich N’Toyo (Penthée, Messager) Jocelyn Lagarrigue (Cadmos, Messager) / Sara Llorca (Le chœur, chant) Benoît Lugué (basse) / Martin Wangermée ou Théo Glass (batterie)

 

Musique Benoît Lugué et Martin Wangermée

Collaboration artistique Kên Higelin

Dramaturgie Guillaume Clayssen

Assistante à la mise en scène Lou Henry

Scénographie Mathieu Lorry-Dupuy

Lumière Léo Thévenon ou Thibault Lacas

Costumes et accessoires Mariette Niquet-Rioux

Son Axel Pfirrmann ou Quentin Fleury (Studio Sextan-La Fonderie)

Régie générale et plateau Julie Roëls

 

Administration, production et diffusion En Votre Compagnie

Relations presse Plan Bey 

 

PRODUCTION Hasard objectif

Coproduction Théâtre 71 – Scène Nationale de Malakoff, La Manufacture – CDN de Nancy Lorraine, La Halle aux grains – Scène Nationale de Blois, La Filature - Scène Nationale de Mulhouse et Théâtre Montansier de Versailles.

Avec l’aide à la production de la DRAC Île de France, le soutien d’ARCADI Île-de-France, de la SPEDIDAM et de l’Adami, avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

                    

  

REPRESENTATIONS

7 au 17 novembre 2017 - Théâtre 71, Scène nationale de Malakoff            

21 et 22 novembre 2017 - Le Bateau Feu, Scène nationale de Dunkerque

29 novembre au 2 décembre 2017 - Théâtre Montansier, Versailles            

6 décembre 2017 - La Faïencerie, Théâtre de Creil                            

8 décembre 2017 - Centre culturel de La Norville                       

12 et 13 décembre 2017 - Le Lieu unique, Scène nationale de Nantes              

18 au 21 décembre 2017 - La Manufacture, Centre dramatique national Nancy Lorraine

9 et 10 janvier 2018 - La Halle aux grains, Scène nationale de Blois             

16 au 18 janvier 2018 - L’Espace Malraux Scène nationale de Chambéry

20 janvier 2018 - Théâtre Jacques Cœur, Lattes

23 au 27 janvier 2018 - Théâtre Olympia, Centre dramatique national de Tours

30 janvier au 1er février 2018 - La Filature Scène nationale de Mulhouse

6 février 2018 - La Scène nationale Grand Narbonne

8 février 2018 - L'Avant Seine, Théâtre de Colombes

29 janvier 2019 - Ma Scène Nationale, Montbéliard

19 et 20 février 2019 - Théâtre Sorano, Toulouse

22 février 2019 - Théâtre Les Trois ponts, Castelnaudary

12 mars 2019 - L'Équinoxe, Châteauroux

15 mars 2019 - Théâtre de Cachan

 

 

L’HISTOIRE


Élevé loin de Thèbes, Dionysos retourne dans sa ville natale pour y imposer son culte orgiaque. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé, fille de Cadmos, le fondateur de Thèbes. Sémélé a été foudroyée par Zeus. Les sœurs de celle-ci, Autonoé, Ino et Agavé ainsi que Penthée, le fils de cette dernière et désormais roi de Thèbes, refusent de croire en cette union et d’honorer Dionysos comme un Dieu. Revenu sous les traits d’un mortel, Dionysos cherche à se venger de Penthée et de tous ceux qui nient sa divinité : il jette un sort sur les femmes de la cité qu’il rend délirantes et les envoie dans la montagne pour se livrer à l’orgie. Ces femmes, ce sont les Bacchantes. La folie dans laquelle elles sont jetées conduit Agavé à assassiner son propre fils, Penthée qui, manipulé par Dionysos, s’est rendu dans la montagne. Le charme se rompt lorsqu’Agavé triomphante rapporte la tête de Penthée au Palais. Elle découvre alors son abominable crime. Dionysos est vengé.

 

QUELQUES EXTRAITS DE PRESSE...

  

 Thomas Ngo-Hong (Hier au théâtre) – « La jeune Sara Llorca s’empare de cette fable cruelle en l’ornant finement d’un enrobage rock et vénéneux. Fiévreuse et paradoxalement en sourdine, cette folie contamine le public. (...) Sara Llorca a privilégié une mise en scène globalement sobre qui s’autorise quelques sorties plus endiablées. Ces effets soigneusement choisis évitent une foire tapageuse et vulgaire à laquelle on pourrait s’attendre au vu de certaines mises en scènes contemporaines et d’un tel sujet. Le plateau est noir, une batterie et une guitare impulsent un rythme saccadé à l’ensemble. (…) Pas besoin de verser dans la surenchère pour exposer la perte des repères. Sara Llorca l’a bien compris et propose une version fluide et compréhensible du texte d’Euripide. Que demander de mieux? » 

  

 Didier Mereuze (La Croix) – « Jeune metteuse en scène de trente ans, Sara Llorca signe une adaptation un rien rock’n’roll de l’ultime tragédie d’Euripide. Dominé par Anne Alvaro, un spectacle furieusement percutant. (…) L’histoire est horrible et terrible. Adaptée et mise en scène par la jeune Sara Llorca, elle se pare des couleurs incandescentes d’un fol poème barbare, d’une fête noire et sauvage. Monstrueuse et belle, furieuse et heurtée. (…) Deux musiciens – l’un à la batterie, l’autre à la guitare – la ponctuent en direct, sur des accords d’enfer. Un chœur réduit à une chanteuse aux accents déjantés (Sara Llorca, elle-même) les accompagne. Le décor, lui, éclairé de lumières changeantes – sombres, douces, enfumées… – est réduit à un sol de sable blanc qui devient terre noire.» 

  

Les Dernières nouvelles d'Alsace – « Ultime tragédie d'Euripide, Les Bacchantes entre en résonance et collision avec nos peurs et nos fantasmes contemporains. Dans sa version rock'n'roll, Sara Llorca a confié les rôles de Dionysos, Tirésias et Agavé à la formidable Anne Alvaro. (...) La voix de Sara Llorca résonne dans ce théâtre des passions violentes et ponctue les rythmes d'enfer joués live. »