D-LEAR ! (CREATION 2022)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                      (c) Céline Lugué

 

 

D'après Le Roi Lear de William Shakespeare

Dans la traduction de Jean-Michel Déprats

 

Ecriture et Mise en scène Sara Llorca

 

Avec Sara Llorca, Benoît Lugué

Et la voix de Denis Llorca

 

Musique Benoît Lugué

Son Wendy Lefort

Lumière (en cours)

 

Production Compagnie du Hasard Objectif
Coproduction Dieppe Scène Nationale (en cours)

Production et Administration Emeline Hervé

 

 

Sara Llorca présente D-Lear !, une nouvelle fiction, adossée au Roi Lear de Shakespeare : une sorte de délire (comme son nom l’indique), autour de la tempête qui se joue sous le crâne du roi nu.

 

Sara Llorca donne au vieux Lear la voix de son propre père. Ainsi, la grande épopée shakespearienne entre en résonance avec l’histoire, plus confidentielle, de Denis Llorca, grand metteur en scène et directeur de théâtre dans les années 1970-1980. Le « roi », qui interprétait jadis Hamlet ou Falstaff, est tombé. Aujourd’hui, le vieil acteur donne à entendre la sauvagerie du personnage, son humour détonnant, lors même qu’il est, comme lui, dans un profond dénuement.    

 

A la voix off du père répond celle, live, de la fille. Cordélia, ré-inventée et interprétée par Sara Llorca, est une princesse des temps modernes, une femme adulte qui revient auprès de son père vieillissant, pour faire la paix et pour célébrer l’amour du théâtre qui la relie profondément à son père.    

 

Sara Llorca bâtit le fil narratif de cette création en coupant-collant des extraits de Shakespeare avec ses propres écrits, en organisant l’espace autour d’une matière qui intègre des visages de personnes âgées, des enregistrements audio (voix off), comme autant de morceaux de vie, témoignages de la fragilité humaine. Entre rêve et veille, entre texte dit et texte chanté, entre le présent du plateau de théâtre garni de sons et d’images projetées,  D-Lear ! rendra hommage aux différentes générations, faisant s’entrelacer les mots et les histoires pour n’en révéler que leur infinie tendresse.    

 

L’identité musicale est une nouvelle fois donnée par Benoît Lugué, par le son unique de sa basse électrique jouée comme une guitare acoustique, ses mélodies mélancoliques, son groove imparable, et sa voix écorchée. Grâce à de multiples pédales qui lui permettent d’enrichir sa partition de boucles hypnotiques et de nappes harmoniques envoûtantes, le musicien tisse des liens sensibles à l’intérieur du dialogue entre le père et la fille.     

 

Seuls au plateau, Sara Llorca et Benoît Lugué déploient plus intimement que jamais une complicité artistique qui les relie depuis de nombreux spectacles. La scénographie est simple, légère, permettant au spectacle de pouvoir déployer son « D-Lear » dans de multiples lieux culturels et inédits.